BIPUSH

Coup d’oeil: Kill la Kill & Kyoukai no Kanata: quand lycéenne et katana font très, très bon ménage

par Joystikman, le 10 octobre 2013

La semaine dernière j’inaugurais une nouveau type d’article, les coup d’œil. Normalement je n’aime pas parler d’une ouvre tel qu’elle soit sans en avoir vu la totalité, mais je doit quand même avouer que c’est dur de ne pas pouvoir donner son avis sur un truc en cours de diffusion alors que tout le monde en parle. Avec les « coup d’œil » mon problème est résolue puisqu’ils me permettent de parler de ce que je veux sans engager une critique exhaustive, c’est plutôt un avis à chaud sans réel reflexion. Et heureusement que j’ai trouver ça parce que c’est le début des anime d’automne et vu comment les nouvelles licences sont cools (et le mots est faible) j’aurais été meurtrie de ne pas pouvoir en parler. Pour le moment je n’en ai vu que 2 mais je pourrais m’arrêter là parce que j’ai trouvé les 2 meilleurs série de la saison ( en même temps je partais déjà conquis ). Les anime en question ? … Kill la Kill et Kyoukai no Kanata ! (Je sais c’est dans le titre mais j’aime le suspense inutile ).

Par lequel vais-je commencer ? Le KyoAni super chiadé qui envoie du lourd ou le dernier né des papa de Gurren Lagan complétement WTF ? Allé, suivons l’ordre alphabétique, de toute façon je parlerais des 2, sans aucune nuances ( mais ça vous le savez déjà 😉 ).

Bon alors, Kill la Kill, comment décrire cette « chose » aussi folle qu’explosive. Comme je le disais, on la doit à Hiroyuki Imaishi et Kazuki Nakashima qui ont tout deux travaillaient sur Gurren Lagann , un des animes de mécha le plus fou que j’ai pu voir, autant par sa qualité visuel que par son histoire. Et bien avec Kill la Kill, rebelote, on prend les mêmes ingrédients (les méchas en moins)  et on fait quelque chose d’encore plus génial. Pour l’histoire, pas besoin de chercher loin: Au Japon se trouve une école totalitaire dans laquelle le conseil des élèves fait régner la terreur. Pour cela ils utilise des uniformes qui leur permet de décupler leur force physique. Un jour, une nouvelle élève arrive, Ryūko Matoi, et comme on peut s’y attendre elle n’est pas des plus encline à se plier au conseil, d’autant plus qu’elle est là pour une seul chose, découvrir qui à tué son père. C’est donc armé d’un demi ciseau de 2m de long (oui c’est normal) que Ryuko vas commencer à mettre la merde sévère dans son établissement. Comme je l’ai dit, cet anime est « explosif » .

Graphiquement c’est très « dessiné », y’a des gros contours noir,les combats sont dantesque, les personnages sont déformés dans tous les sens à chaque coups, et on ne peut être que ravis par la fluidité du tout. Pour ceux qui ont eu le bon goût de regarder Panty & Stocking with Garterbelt (du même réalisateur), on retrouve certaines mimiques de réalisation, par exemple de gros titres en rouge apparaissent à l’écran pour nous présenter les personnages. Après, l’univers et les personnages sont tous plus délirant les uns que les autres, ne cherchez aucun réalisme, tous ce qu’il y a à trouver c’est du fun ! Entre l’héroïne super bad ass, sa copine hystérique et les membres du conseil des élèves qui sont tous plus craqués les uns que les autres on ne saura que choisir. Le meilleur conseil je peux vous donnez c’est de vous jetez sur ce concentré d’adrénaline, ne pourrez pas être déçus ( à part si vous êtes déjà un vieux con blasé par tous). Moi j’ai beau en avoir vu qu’un épisode, je surkiffe!

Maintenant vous avez aussi envie de voir quelque chose de plus « calme » (par rapport à Kill la Kill ça fait calme), regardez Kyoukai no Kanata. Kyoukai no Kanata, c’est à l’origine un light novel édité par KyoAni, mais quand ces derniers nous avaient présenté un trailer qui décollait la rétine, on n’a pu qu’espérer un anime et, dieu soit loué, ils l’ont fait !  Donc après un Free! qui flirtait avec le manga de sport, cette fois ci ils s’attaquent au « shonen », mais que les fans se rassurent, on parle de Kyoto Animation donc le coté slice of life est naturellement pressent, c’est un peu leur ADN(c’est aussi sur ADN que vous pourrez retrouver le simulcast … je suis trop fort pour trouver des transitions U_U ). En parlant d’ADN, cet anime est un peu un meltingpot pot des succès de ces dernière années, mais le tout naturellement magnifier. On y retrouve donc un peu de Bleach, de Bakemonogatari, de Hyouka et j’en passe. Le pitch est plutôt simple. Un jour, au moment de sortir du lycée, Akihito Kanbara voit Mirai Kuriyama , une camarade, tenter de sauter depuis le toit du bâtiment. Naturellement, il accourt pour l’en empêcher, mais une fois sur les lieux, Mirai l’attaque et le blesse avec une épée qu’elle créée avec son sang. Cependant Akihito ne crains rien puisqu’il est immortel. En effet, le monde de Kyoukai no Kanata est un monde dans lequel vivent des ombres, genre d’esprit maléfique, qui sont tués par des chasseurs . Or il s’avère que Akihito est une « demi » ombre ce qui lui donne son immortalité et que Mirai et un chasseuse, qui a peur de tuer les ombre et a donc décidé de s’entrainer sur le héros. Une relation quelque peu paradoxale vas donc se créer entre les 2 pour faire de Mirai une vrai chasseuse. Bon, je vais pas m’attarder sur le coté technique, encore une fois c’est magnifique; c’est encore mieux que pour Hyouka;  Kyoto Animation a vraiment atteint des summum. Parlons alors de l’histoire. Bien que ce soit un première pour le studio, le genre est pour le moment bien maitrisé. Ayant une grande expérience dans le Slice of Life, les personnages sont intéressant, chacun ayant une personnalité propre, et attachant. Le héros fait naturellement penser à Araragi (Bakemonogatari), de part son pouvoir, mais aussi par son caractère; c’est quelqu’un de nonchalant, il a des accès de colère, il est un peu pervers (il a une préférence pour les femmes avec des lunettes … c’est quoi tous ces regards, non je parle pas de moi … ); quand à Mirai et sa maladresse, elle ne manquera pas de rappeler Chitanda. Je suis donc pour le moment largement conquis par le dernier née de chez Kyoto Animation et ai hâte de voir la suite.

Dans l’ensemble c’est tous ce que j’ai à dire pour cette double review (qui à du retard, me tapez pas). J’ai encore un fois fait preuve d’aucune impartialité, mais j’ai été véritablement conquis par ces premiers épisodes et vous auriez tord de ne pas les regarder. Moi sur ce  je retourne à mes lignes de codes (T_T) et j’espère vous avoir donnez envie d’au moins jeter un œil à ces 2 futurs chef d’œuvres (prévisions d’expert U_U) qui, étrangement, partagent bon nombre d’aspects en commun que je vous laissent découvrir 😉

Commentaires:

  • […] plutôt enthousiaste. Et bien je avouer que je m’étais pas trompé, loin de là. Comme j’en ai déjà parlé, je vais pas revenir sur le pitch mais pour faire simple c’est un genre de mélange entre Ao […]

  • Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *