BIPUSH

Psycho Pass 2 : 2x moins d’épisodes, 2x plus de brain-fuck

par Joystikman, le 14 janvier 2015

Salut la compagnie, aujourd’hui on va parler d’un anime de « qualitay » !

Série d’exception sortie il y a maintenant 2 ans et qui a marqué tant par sa réalisation que par son scénario, Psycho Pass est revenu en octobre dernier pour une seconde saison. Qu’en est-il ? Et bien laissez-moi vous le dire

Se déroulant quelque temps après les événements de la saison 1 (je ne vais pas trop en parler pour éviter de spoiler les fous qui ne l’auraient pas encore vu … allé, dépêchez-vous d’aller la regarder); cette saison nous fait suivre de nouveau les aventures d’Akane Tsunemori. Maintenant chef de la division 1, elle va devoir faire face à un nouvel ennemi, Kirito Kamui, qui vas tenter venir à bout du système Sibyl qui régit la société.

15492613485_6271fddf5e_o

Akane, plus bad-ass que jamais

Alors que l’on pouvait craindre une redite de la saison 1, cette suite, bien qu’un peu en deçà de la première saison, l’effet de surprise et de nouveauté étant passés, resserve tout de même de bonnes surprises et prend toute son ampleur dans les derniers épisodes. Encore une fois, l’adversaire auquel doit faire face Akane est loin d’être bête; mais là où Shogo Makishima (ennemi de la saison 1) voulait détruire le système par la force; Kamui, lui cherche à se faire retourner le système contre lui-même. Je ne vais pas plus en dire mais bien que plus court et plus rapide (cette suite ne fait que 11 épisodes), Psycho Pass 2 n’en est pas moins complexe. J’avoue avoir du m’y prendre à 2 fois pour comprendre certains passages. Cette saison offre son lot de réflexions « metaphysico-philosophique » sur la société et sur le système qui la contrôle, il faut aimer, mais c’est ce qui fait la richesse de la série. De par son univers cyberpunk, la série, à travers ses questionnement, porte un réflexion sur notre société actuelle (comment ne pas voir dans le Patriot Act un embryon du système Sybil ? ). Mais Psycho Pass 2 est avant tout un excellent thriller, où Akane fait tout pour trouver Kamui avant qu’il ne commette son prochain crime. En parlant des crimes; cette saison, comme la précédente, est d’une rare violence. Bien sûr, rien n’est gratuit et on appréciera de voir une série mature ne pas prendre de pincettes visuellement, c’est une série adulte, les gens explosent littéralement quand ils se font tirés dessus; il n’y a pas de censure, mais ça fait du bien de voir une série qui l’accepte (c’est pas Tokyo Ghoul qui censure les 3/4 de l’image …).

ça rigole pas dans Psycho Pass 2

En plus de son scénario, ce qui fait la force de cette suite, ce sont ses personnages. Devenu chef de la Division 1, l’inspectrice Akane est un des personnages féminin le plus charismatique et le mieux écrit que j’ai vu dans un anime. Marquée par les événements de la saison 1, Akane est devenu beaucoup plus grave et réfléchis. Elle a accepté le système Sybil mais en connait maintenant les limites et les biais. Cette transformation est mise en relief par le personnage de Mika Shimotsuki, une nouvelle inspectrice sortant tout juste de formation et appliquant le règlement à la lettre, comme Akane en son temps. De nouveaux exécuteurs viennent aussi rejoindre l’équipe; notamment Togane Sakuya, qui bien amical en apparence, à la réputation d’avoir fait devenir des criminel lattent tous les inspecteurs qui étaient responsable de lui. Kirito Kamui, quant à lui, même s’il n’est pas le méchant le plus charismatique qu’il puisse exister, gagne en intérêt au fil du récit et au fur et à mesure que l’on découvre ses desseins.

De nouvelle têtes font leur arrivée dans l’équipe.

Le seul bémol de cette suite est sa technique. Confié au studio Tatsunoko, Psycho Pass 2 est techniquement inégal. Certains plans sont un peu moche, autant le dire, mais la direction artistique reste toujours aussi fouillée. Les intégrations 3D sont, elles, plutôt réussie.

15727347427_75d073d0d2_o

ils ont un peu sale gueule là.

Psycho Pass 2 est donc le digne héritier de Psycho Pass. On y retrouve tout ce qui a fait la renommée de la série de 2012: un scénario complexe, un univers riche et des personnages complets. Cette suite est donc inévitable pour ceux qui ont aimé la première saison ou qui recherche un série mature, parce que ça se fait un peu rare. Dans tous les cas j’attends avec impatience le film qui est sortie au japon il y a quelques jours (et dont je vous déconseil de regarder le trailer, ça spoil un poil).

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *