BIPUSH

Souvenirs de Marnie : derniers souvenirs de Ghibli

par Joystikman, le 25 janvier 2015

Bonjours lecteur. Il y a quelques jours, lors d’une sortie avec une amie, je suis allé voir Souvenirs de Marnie. On l’a vu dans un petit cinéma d’auteur, la séance s’est super bien passé (en même temps on était les seul dans la sale), je venais de passé un très bon moment, j’ai vraiment aimé le film, tout allait bien. Mais une fois sorti de la salle, mon moral a pris un coup, j’ai en effet réalisé que je venais de voir l’ultime film des studios Ghibli. Rassurez-vous, j’en étais pas à me morfondre et à vouloir me jeter sous la première voiture que je croiserais, mais réaliser que je n’aurais plus la chance de voir un film (inédit) de ce studio exceptionnel au cinéma m’a fait quelque chose. Parce que quoi on en dise, rare sont les studios à atteindre le niveau de celui fondé par Miyazaki et Takahata. Et puis, outre l’aspect objectif de la chose, on a tous un affect particulier pour ce studio qui nous accompagne depuis tant d’années. La sortie d’un nouveau film du studio était à chaque fois un événement. Mais cela est fini. Malgré tout ne soyons pas triste, car la fin de Ghibli va pouvoir permettre à de nouveaux studios et à de nouveaux réalisateurs d’émerger, et de voir enfin leur film diffusés dans nos salle obscure. En effet, Ghibli a permis de démocratiser (même si tout est relatif) l’animation japonaise dans nos contrées et maintenant partie, c’est au tour de la nouvelle génération, jusque-là phagocytée par le studio, de se faire une place.

On aura plus l’occasion de voir ce logo

C’est donc pour toutes ces raisons, que cet ultime film du studio Ghibli, Souvenirs de Marnie, à une saveur particulière. Réalisé par Hiromasa Yonebayashi, déjà réalisateur de Arietty, ce film, qui a pour responsabilité de clôturer (je sais qu’il ne ferme pas vraiment, mais il n’y aura plus de film) un studio vieux de 30ans, est à la fois dans la ligné qu’aux antipodes de ce dont le studio nous a habitué. Ce film ne restera pas comme un des chefs d’œuvres de Ghibli mais a le mérite d’offrir une certaine fraicheur aussi bien dans les thèmes abordés que dans la technique et sonne comme un prélude à ce qu’il nous attend ces prochaines années en terme d’animation.

Première affiche japonaise; ce dessin au crayon *-*

Souvenirs de Marnie nous raconte l’histoire d’Anna, une jeune asthmatique assez timide, qui est envoyée à la campagne chez son oncle et sa tante le temps qu’elle aille mieux. Dessinatrice, Anna est fasciné par une maison occidentale qui semble inhabité situé au fond des marais. Un jour, alors, qu’elle se promène autour de la maison, Anna fait la connaissance de Marnie, la jeune fille habitant la villa. Dès lors nait un amitié entre les deux jeune fille, cependant, Marnie cache un secret… (suspense de fou ! ).

Comme je le disais, ce film est dans la ligné des films Ghibli. On y retrouve les ingrédients immuable: la nature, l’amitié, une animation magnifique (je resterais toujours émerveillé par leur animation de l’eau) et une bande son magique. Malgré tous, Yonebayashi arrive à se détacher de l’influence de ses paires. Bien que se passant au Japon, l’univers est très occidentale (un signe d’ouverture sur le monde de la part du studio ?), Marnie est une blonde aux yeux bleus, les réceptions données par ses parents sont typiquement occidentales, enfin le film est avant tout une adaptation du roman de Joan G. Robinson When Marnie Was There.

Impossible de savoir que ça se passe au Japon

Outre l’univers, la réalisation offre elle aussi certaines nouveautés. Bien qu’assez classique, certains plans, notamment des transitions, font preuve d’ingéniosité. Pas non plus spectaculaire, la réalisation nous marque par des petits détails, qui bien que parfois imperceptibles, font la richesse du film. Après, plus généralement, le film est un régal visuel, l’animation est fluide, les décors magnifique, du Ghibli quoi.

Mais ce pourquoi on vient voir Souvenirs de Marnie, c’est l’histoire. Centrée entièrement sur la relation entre Anna et Marnie, elle recèle tout de même certaines surprises. Au contraire des films de Miyazaki où le fantastique est clairement exprimé; ici le récit est à la frontière entre rationalité et fantaisie. Un sentiment étrange nous accompagne tout le long du film et on ne cesse d’essayer de discerner le vrai du faux. La relations entre Anna et Marnie est extrêmement poussé et témoigne d’une certaines évolution dans l’animation; bien qu’implicite (quoi que), il y a clairement une relation amoureuse entre les deux personnages.  A côté de ça, le film porte aussi une réflexion sur la famille (mais j’en dis pas plus).

anna_marnie

Anna à gauche, Marnie à droite

Je ne saurais donc que vous conseiller d’aller voir Souvenirs de Marnie. D’abord parce que c’est le dernier Ghibli et que cela ne se manque pas, et après parce que c’est tout simplement un bon film d’animation, avec une histoire touchante, qui met un peu de temps à être digéré et qui ne manquera pas de vous arracher une petite larme. A bientôt.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *