BIPUSH

Jupiter Ascending : The Wachowski Descending


par Joystikman, le 07 février 2015

Je suis allé voir Jupiter Ascending (ou Jupiter : Le Destin de l’univers dans nos contrées), la dernière production des Wachowski. Ai-je vraiment besoin de présenter Andy et Lana Wachowski ? Réalisateurs de la culte trilogie Matrix, de l’acidulé (oui on peut dire ça d’un film, je crois…) Speed Racer ou encore de l’épopée temporelle qu’est Cloud Atlas, ces deux réalisateurs n’en sont pas à leur coup d’essai et ont un petite place bien au chaud dans nos cœur de geek (Matrix quoi !). Alors quand il y a près de 5 ans, on apprenait que les parents de Matrix allaient réaliser un space-opera, on ne pouvait que jubiler et attendre impatiemment sa sortie. Le résultat est Jupiter Ascending, une aventure spatial explosive et éblouissante.

titre jupiter ascendong

Finalement summer 2014 s’est transformé en winter 2015, reste à connaitre la raison.

Une chose est sûre, Jupiter Ascending vous en mettra plein les yeux. La réalisation est maitrisée. Malgré certains enchainement un peu rapide dans les combats, les scènes d’actions sont finement filmés (c’est dur à dire !), exploitant à fond l’univers qu’ils ont créé. Par exemple, les « roller-overboard-gravitationnel-mes-couilles » sont l’objet de plans où la caméra surf lors de ses travelings comme le fait le personnage. D’autres reprennent des dynamiques de jeux vidéo, notamment le combat spatial que l’on croirait sortie d’un danmaku . De ce point de vue, le film est une vraie réussite, aussi efficace que les grands blockbusters mais avec des petits détails qui font la différence. Le combat aérien en plein Chicago en est un bon exemple, c’est un vrai régal. Les effets spéciaux sont eux aussi nickel, le film a eu beau être entièrement tourné sur fond vert, cela ne se ressent pas; d’autant plus grâce aux trucages traditionnels qui donne de la matière à l’image (les maquillages sont parfois un peu kitsch mais ça a un charme).

jupiter ascending gif

Ces plans sont vraiment cools

Mais la principale force du film est son univers et sa direction artistique. Empruntant à Star Wars, Star Trek, Docteur Who, Dune et j’en passe, Andy et Lana ont créé un univers riche, complet et dans lequel on plonge facilement. Bien qu’il ne soit dévoilé qu’en partie, on sent que l’univers est dense et donne envie d’être découvert. On y retrouve aussi bien des dizaines d’espèces extraterrestres (parfois même loufoque), des jeux de pouvoir, une économie intergalactique (hâte de connaitre le taux de change de l’euro en biomasse-humaine), des armés de soldats trop stylés (#argument_imparable), des vaisseaux en tout genre, bref, tout pour faire un univers de « space-opera ». On a qu’une envie, c’est d’en voir plus (pourquoi pas à travers des comics, ou des jeux ?… je dis ça je dis rien). À ça s’ajoute une direction artistique assez envoutante, à mi-chemin entre le style baroque et art-déco. Les décors sont tous grandioses, les vaisseaux et palais des différents membres de la royauté sont de vraies cathédrales spatiales. La musique, quant à elle, est assez classique, les cuivres font leur travail mais on est loin du thème d’Interstellar.

vaiseaux jupiter ascending

magnifique *-*

Jupiter Ascending est donc plutôt une réussite, du moins  jusqu’à ce que les personnages ouvrent la bouche; là c’est le drame. Si la technique s’inspire des plus grands tels que Star Wars et Docteur Who, c’est dans Starcrash qu’Andy et Lana sont allés chercher leurs dialogues. La VF y est peut-être un peu pour quelque chose (même si j’en suis pas certains) mais les dialogue sont pour la plupart totalement con, en témoigne le déjà mythique :

 » Je t’aime

– Majesté vous savez, j’ai plus de point commun avec un chien qu’avec vous

– J’adore les chiens. J’ai toujours adoré les chiens ».

Avec des dialogues aussi pourris, impossible de construire un scénario correcte (ou c’est peut-être l’inverse… de toute  façon on peut mettre ça dans tous les sens ça reste de la merde). On a donc droit à un Cendrillon spéciale où Mila Kunis, femme de ménage russe clandestine (ça j’ai pas compris) qui s’avère être la réincarnation génétique de feu la reine de l’espace, va passer d’héritier du trône en héritier du trône (ils se la prêtent gentiment et elle dit trop rien, normal), avec un seul but sauver la Terre d’une fin funeste. Le tout est interprété avec brio par des acteurs ayant autant de charisme qu’un poisson mort. Mila Kunis est plus empotée qu’un manchot paraplégique (en parlant de ça il vaut quoi le film sur Stephen Hawking … pardon, c’était de mauvais goût, je sors), Channing Tatum … fait du Channig Tatum (sisi c’est un style en soit) option oreilles pointus (turlututu), Sean Bean (mourra / mourra pas, je vous laisse découvrir) ne sert à rien et Eddie Redmayne a droit à une mention spéciale pour son brushing, ses lèvres botoxées et sa voix « Carla Bruni Approved« . Enfin Le film nous « re-ponds » tous les poncifs du cinéma hollywoodiens…AU MOINS TROIS FOIS (Non Mila, pas besoin de crier, on sait très bien que tu vas pas tomber !). Niveau scénar’, il n’y a donc rien à en tirer.

gif jupiter ascending

Je suis méchant mais distingué … et aphone.

Au final on sort du film avec un sentiment paradoxal, on est autant enjoué qu’atterré. Content de pouvoir voir un bon gros film de SF au ciné parce que ça se fait rare (même si on a eu l’excellent, que dis-je le brillantissime Gardiens de la Galaxie) mais en même temps dépité par un scénario déjà usé depuis 20ans et des dialogues digne des pires productions AB des années 90. Ce film est aussi bien un excellent space-opéra qui mérite sa place dans notre étagère geek (je pressent que ce film va réussir à fédéré une communauté, prête à nous pondre des milliards de fan-fic et autres fan-art montrant Tatum et Redmayne rouler des pelles) qu’un navet digne des meilleurs séries Z des années 70-80. Je n’ai rien d’autre à ajouter, faites-vous votre propre avis, au mieux vous passerez un bon moment et au pire vous pourrez en rire. Sur ce moi je vais continuer à procrastiner et j’espère que les Wachowski sauront se rattraper avec la suite de Matrix.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *